La rupture amoureuse est une des expériences humaines la plus difficile à vivre. C’est la fin d’une histoire, qu’elle soit vécue dans le réel, à distance et même virtuellement.

C’est la perte de quelque chose qu’on s’est intérieurement raconté, qu’on a fantasmé, idéalisé, une histoire qu’on voulait continuer de vivre et qui s’est arrêtée. Et l’intensité de la souffrance n’est pas proportionnelle à la durée de la relation : une histoire de 3 mois peut-être tout aussi dévastatrice qu’une autre de 10 ans.Tout dépend du degré d’attachement et d’investissement affectif qui est vraiment propre à chaque individu et en lien avec son histoire personnelle.

 Lorsque nous vivons une séparation, nous sommes dévastés par nos sentiments, dans un chagrin insurmontable, une douleur indicible que rien ni personne ne semble pouvoir apaiser. Nous ressentons même parfois la sensation de ne plus être capable de vivre notre vie, d’être en train de mourir.

La fin d’une histoire amoureuse est un réel deuil à vivre. Vous allez traverser un processus émotionnel qu’il est important de comprendre pour affronter au mieux la situation.

                           

                             LES 6 ETAPES DU DEUIL AMOUREUX

1/ LE CHOC ET LE DENI  :  » Ca n’est pas possible ! « ; « Je n’y crois pas » !

Vous avez du mal à faire face à la réalité ,vous vivez un cauchemar et tout votre être est paralysé face à l’horreur de la situation. Vous êtes anéanti, sidéré, vous ressentez comme une paralysie globale de votre corps et de votre cerveau. Complètement abattu et dans une grande confusion. En même temps, vous ressentez un état de stress intense,une grande anxiété parce que cette rupture modifie toutes vos habitudes de vie et vous insécurise profondément.

Qui plus est, vos états émotionnels peuvent être accompagnés par des troubles physiologiques : fatigue intense, insomnie,perte d’appétit, états nauséeux, perte de mémoire, maux de ventre….

Mon conseil pour faire face au choc émotionnel:

Dans cette première phase du deuil, la chose importante est de pouvoir ressentir et exprimer sa peine. Plus vous allez vous laisser aller à vos émotions, plus vous vous libérerez.

Pour cela, il est nécessaire de reconnaître votre douleur, de ne plus la nier.

Accueillez votre chagrin chaque fois qu’il se présente, pleurez sans retenue car plus vous allez accepter de vivre ces émotions négatives plus leur intensité va diminuer.

Alternez ces phases de repli sur vous, avec des moments où vous ferez appel à un soutien amical, familial ou thérapeutique.

Vous avez besoin de parler,d’exprimer votre ressenti. C’est comme cela que vous prendrez le recul nécessaire pour sortir de la confusion et de votre abattement.

 

2/ LE DESESPOIR ET LA DEPRESSION

Vous êtes face au vide laissé par la perte de l’être aimé. Vous ressentez une profonde tristesse et même un sentiment d’abandon, qui n’est pas sans vous rappeler des situations  déjà vécues ( avec d’autres compagnons ou dans votre enfance).

Contrairement à l’étape précédente, vous ressentez intensément la douleur de la perte parce que vous êtes en train de réaliser vraiment que vous êtes désormais seul( e).

Vous êtes accablé, vous ressentez le besoin de vous isoler.

C’est l’étape où vous allez ressentir le besoin irrépressible de l’appeler, de le voir, de reprendre contact par tous les moyens. Vous le voyez partout,il est même dans vos rêves.

Le manque vous semble insurmontable. Vous vous rappelez tous les projets que vous aviez ensemble, les bons moments passés, et plus vous y pensez, plus vous sombrez dans le désespoir, voire la dépression.

Parfois, votre douleur est telle que vous cherchez à fuir la réalité en adoptant une stratégie d’évitement : Vous ne voulez plus entendre parler de l’autre ,vous faites disparaître tout ce qui vous rappelle la relation ( photos brûlées, déménagement à la hâte, rejet des amis communs et même ,vous vous engagez dans une nouvelle relation pensant qu’elle vous fera l’oublier ).

Certaines personnes sont incapables de vivre pleinement leur peine et leur solitude; cette situation leur est tellement insupportable qu’elle cherchent à recréer au plus vite une relation affective avec une autre personne. Le seule but étant d’oublier sa peine et  de fuir sa douleur. Le nouveau partenaire vient juste combler un besoin affectif ce qui n’a rien avoir avec l’amour. C’est ce qu’on appelle « une relation pansement ». Panser sa plaie affective avec quelqu’un d’autre. ( Voir mon article sur la relation pansement ).

Cette étape est la plus douloureuse parce que vous avez le sentiment d’être impuissant(e) face à votre souffrance. Vous êtes en manque d’affection,de repères, vous repensez au confort que vous aviez, au plaisir et bonheur partagés; vous vous rendez compte d’avoir perdu à la fois votre partenaire mais aussi tout un mode de vie qui vous sécurisait.

Vous vous dîtes que votre vie n’a plus de sens et que plus jamais vous ne vivrez l’amour .

Par dessus tout, vous vous sentez rejeté (e); vous avez le sentiment d’être inintéressant (e), laid(e), idiot(e); bref vous avez l’impression de n’avoir plus aucune valeur.

Vous avez perdu toute estime de vous-même !

C’est aussi dans cette étape que vous allez rentrer dans une phase de « marchandage » avec l’autre. Votre désespoir est tel que vous êtes prêt(e) à faire n’importe quoi pour le récupérer : promesses, lettre d’amour enflammées, harcèlement…

Votre estime de vous-même est tellement basse que vous pensez n’être plus rien sans lui (elle).

En fait, vous le rendez totalement responsable de votre bonheur et donc vous imaginez qu’il vous est impossible de vivre sans lui.

Que puis-je faire pour m’aider dans cette étape ?

Conseil n° 1 :  Toujours accepter de vivre ses émotions .

Ressentez votre tristesse et accueillez- la pour vous en libérer. Ne cherchez pas à la fuir. Pleurez des heures si besoin. Je vous le redis, plus vous accepterez de ressentir vos émotions négatives, de les vivre pleinement, plus elles diminueront en intensité et en fréquence.

Imaginez que votre meilleure amie en détresse vient tambouriner à votre porte ; Pourriez-vous la laisser dehors ? Est-ce qu’elle ne frapperait pas de plus en plus fort jusqu’à ce que vous l’entendiez ? Imaginez que cette émotion intense que vous vivez, c’est cette amie là qui a besoin d’être entendue et réconfortée. Ouvrez-lui votre porte et simplement, laissez-la s’exprimer….au bout, un certain apaisement…

Conseil n° 2 : Réconfortez-vous .

Félicitez-vous d’être à l’écoute de vos émotions et d’accepter de les vivre. Vous faites preuve d’une certaine force car vous ne fuyez pas et vous pouvez en être fière.

Vous n’avez rien d’autre à faire à cette étape là que de ressentir votre douleur pour l’extérioriser.

Et puisque c’est vraiment difficile, faites-vous de petits cadeaux qui vous réconforterons : Prenez-soin de vous comme un parent prendrait soin de son enfant.

Comment pourriez-vous adoucir votre détresse? Qu’est-ce qui vous apporterait un peu de joie dans ce tourment ? Un bon gâteau? un bon film? Un livre ? Un bijoux?

Vous savez au fond de vous quel petit plaisir ,même minime, pourra vous consoler un peu. Faites -le! C’est important de ne pas rester dans votre peine 24h sur 24.

Donnez vous ce droit d’alterner profond désespoir /douceur avec vous même.

Conseil n° 3 : Résistez à l’envie de prendre contact avec votre ex.

Pourquoi? Parce que vous êtes dans un moment de vulnérabilité telle, que vous vous exposez à souffrir davantage s’il (elle) vous rejetait à nouveau.

Comprenez que vous cherchez à rentrer en contact pour adoucir votre peine; vous espérez entendre des mots réconfortants ,vous pensez que le fait d’entendre sa voix suffirait à vous apaiser.

Renoncez ! C’est en vous et dans votre entourage que vous devez trouver ce réconfort. Votre ex ne peut pas être votre bourreau ( puisqu’il (elle) vous a quitté (e)) et en même temps votre ami (e).

Votre détresse est si forte que vous cherchez à fuir le présent en vous raccrochant au passé. Votre mental vous fait croire que seul (e) votre ex sera capable de vous réconforter ; c’est un peu comme si vous aviez mis toute votre vie entre les mains d’une seule personne.

En ayant simplement la pensée que vous avez déjà eu d’autres amours ou que tant d’hommes et de femmes sont dans cette recherche de vouloir être amoureux, en couple…, vous pouvez imaginer que l’amour est partout… et qu’il vous attend quelque part.

Ne fuyez pas votre souffrance! Allez vers ceux qui peuvent vraiment vous aider et qui vous écouteront. Ne prenez pas le risque de vous sentir davantage abandonné (e) ,humilié (e), rejeté (e).

Dites vous que vous êtes en mode « survie, que ce n’est qu’un passage et c’est tout a fait normale à cette étape là. C’est peut être même la première fois que vous souffrez autant. Faites face! vous le pouvez et vous en tirerez une force intérieure qui vous rendra fier (e) de vous! Laissez juste le temps au temps, sans pression. Pour l’instant vous êtes malheureux (se); C’est comme ça. Mais tout change dans la vie et aux périodes douloureuses succèdent les périodes de joie. Pour tout le monde.

Cette étape du désespoir est la plus difficile à vivre et peut parfois durer longtemps si vous ne parvenez pas à dépasser ds blessures profondes ( abandon, rejet, humiliation …) liées à votre vécu .

Si vous êtes  abattu (e) au point de ne plus pouvoir travailler, manger, dormir, consultez un médecin ou un thérapeute . Privilégiez les médecines douces et les traitements a base de plantes ou d’homéopathie .

ETAPE 3 : LA COLERE DIRIGEE VERS SOI.

C’est le moment où vous allez vous culpabiliser ; vous vous rendez responsable de la séparation. Vous cherchez des circonstances atténuantes à votre ex et vous l’idéalisez. Et plus vous l’idéalisez plus vous êtes empli (e) de  remords et regrets .

Vous êtes dans un cercle vicieux qui fait grandir votre souffrance. Il est important de comprendre qu’il s’agit d’un phénomène classique dans le deuil amoureux : Vous êtes en train d’exprimer votre colère, sauf qu’au lieu de la diriger vers votre ex, vous la dirigez vers vous-même.

Pourquoi ? Parce que votre souffrance est encore trop forte et que vous n’êtes psychiquement pas prêt(e) à accepter cette séparation. Vous espérez intérieurement qu’il (elle) revienne; une part de vous se dit que ce n’est pas complètement terminé.

De ce fait, il vous est impossible d’exercer votre colère contre lui (elle) car cela empêcherait toute réconciliation possible; il est donc préférable de vous maltraiter vous-même ! Tout cela est évidemment inconscient …

SOUFFRANCE => ESPOIR DU RETOUR => COLERE => IDEALISATION DE L’EX => REMORDS+ REGRETS + CULPABILITE => COLERE CONTRE SOI =>SOUFFRANCE +++

Mon conseil : Laissez le processus de deuil se faire…Acceptez cette étape comme un phénomène normal et continuez à vivre et à accueillir intensément vos émotions.

Votre souffrance est encore très présente ; parlez à vos amis, votre famille, à toute personne qui saura écouter votre détresse. Plus vous extérioriserez votre douleur, plus vous prendrez du recul et pourrez voir la réalité de la situation.

ETAPE 4 : LA COLERE DIRIGEE VERS VOTRE EX.

Le temps fait son oeuvre, votre douleur s’atténue et vous avez désormais la capacité de prendre du recul, de lâcher prise . Vous voyez clairement les choses telles qu’elles sont et non pas telles que vous les idéalisiez.

Votre colère devient plus saine et vous lui en voulez de vous avoir trahi(e), menti, blessé(e), abandonné(e), manipulé(e)…Vous êtes aussi en mesure de voir ses défauts, tout ce qu’il n’a pas fait pour vous, tous vos manques dans la relation.

Ainsi, vos regrets se dissipent, vous commencez à lui en vouloir vraiment de vous avoir fait subir tout cela et vous avez même des désirs de vengeance.

Cette phase de colère est bonne; vous voyez la réalité en face et vous êtes en train d’accepter la situation. Même si la douleur de la perte est toujours là, plus ou moins selon les moments, cette colère vous permet enfin d’avancer.

Vous retrouvez l’envie de prendre soin de vous, c’est le début de la reconstruction, avec des hauts et des bas…mais quelque chose s’est vraiment inversé en vous : comme si votre GPS interne s’était définitivement orienté vers le positif, vers le changement et ce qui est bon pour vous. Vous surfez désormais sur la vague de vos émotions sans couler.

Conseil n°1 : Extériorisez votre colère en trouvant un loisir qui vous permettra de relâcher la tension: un sport, une activité artistique (chanter, danser, écrire, peindre…). C’est à vous de trouver ce qui vous correspondra le mieux et surtout qui vous fera le plus de bien.

Conseil n°2 : Continuez à exprimer votre colère à qui veut l’entendre. Si vous n’avez pas ce soutien, tournez vous vers un groupe de paroles qui vous permettra de partager votre histoire.

Conseil n°3 : Ecrivez votre colère chaque fois que vous la ressentez puis brûlez la lettre . C’est un rituel qui aide à la guérison.

ETAPE  5 : LA RECONSTRUCTION 

Vous n’êtes plus en permanence branché(e) sur votre ex mais au contraire, vous pensez de plus en plus à vous et à vos projets de vie. Un espace des possibles s’est ouvert en vous : Vous retrouvez l’envie de sortir, de vous amuser, de vous socialiser.

Vous êtes davantage tourné (e) vers l’extérieur, et c’est là que vous puisez une nouvelle force de vie.

Vous vous surprenez même à penser à d’autres amours…et cela peut vous rendre triste parfois car même si vous avancez,  votre deuil n’est pas encore totalement fait. Il y a toujours une petite part de vous qui se raccroche au passé, au connu, qui n’arrive pas encore à accepter complètement la perte. Acceptez toutes ces phases en vous avec bienveillance . Bientôt, vous ne ferez plus de retours en arrière.

Mon conseil : Cette étape de reconstruction n’est possible que si vous vous êtes libéré (e) de votre dépendance affective. Cette dépendance est normale dans les premières étapes du deuil amoureux, mais si vous sentez que vous restez bloqué(e) à l’étape 3 ( colère dirigée vers soi ), vous avez peut-être besoin d’une aide psychologique.

En effet, si vous n’arrivez pas à avancer, à dépasser la rupture, vous souffrez sûrement d’un problème profond de dépendance affective lié a votre vécu ( petite enfance, enfance,adolescence). Consulter un thérapeute vous permettrait de comprendre les mécanismes qui vous raccrochent sans cesse à cette personne.

ETAPE 6 : L’ACCEPTATION

C’est l’étape qui prend le plus de temps et qui demande un vrai travail d’introspection. Chercher en soi, seul ou avec l’aide d’un thérapeute, ce qui nous a conduit dans cette relation,ce qu’elle nous a enseigné sur nous- même et les leçons à en tirer.

Et puis guérir ses blessures d’enfant qui nous bloquent et nous poussent inconsciemment à reproduire les mêmes schémas affectifs.

Il s’agit de se libérer vraiment de tous les regrets, remords, de pardonner à l’autre et à soi et de pouvoir penser à la relation avec notre ex en positif. Juste de l’amour détaché, de la gratitude pour ce qu’il (elle) a fait de bien pour nous. Le reste, le moins bien ,vous en êtes aussi en partie responsable.

Mon conseil :  Pas évidente cette étape, je vous l’accorde…

Il faut avoir pris un certain recul et un recul certain sur soi et la relation. Et parfois,même avec le temps et une aide psychologique, il reste toujours en nous une certaine amertume….en lien avec l’intensité de l’amour ressenti et toutes les blessures de notre enfant intérieur qui ne sont pas encore guéries. Parce que le chantier est parfois trop complexe…

Alors, juste apprendre à apprivoiser cette amertume, cette partie de nous qui ne peut définitivement lâcher cette histoire et la regarder avec bienveillance. Parce qu’elle sera peut-être toujours là, au fond de nous, quelque part…

Et avancer, de plus en plus conscient, juste en se pardonnant pour ce lien que nous n’arrivons pas à lâcher.

 

Stéphanie Font

La reproduction partielle ou totale de cet article sans mon accord  est interdite.